Projets

Pouvoir Tampon - Gestion des richesses écologiques du Bassin d'Arcachon : limites du pouvoir "tampon" de la lagune vis à vis des apports du bassin versant

Coordination

Rutger DE WIT Université de Bordeaux I Sciences et Techniques Environnements et Paléo-environnements OCéaniques 

Partenaires

Université de Bordeaux I Sciences et Techniques, Centre National de Recherche Scientifique

Description du projet Du samedi 1 janvier 2000 au mercredi 1 janvier 2003

Le développement de la fréquentation touristique lié au nautisme touche de vastes ensembles littoraux. Les impacts de ces usages récréatifs sont multiples et posent la question de la gestion durable des espaces maritimes. L'augmentation des pratiques nautiques (voile et motonautisme), liée à un accroissement conjoint du nombre d'embarcations et des infrastructures dans les ports continentaux, n'épargnent plus aujourd'hui certains sites, jusqu'alors relativement préservés du fait de leur éloignement. C'est le cas des îles et plus particulièrement de certains archipels, très recherchés pour leur caractère "naturel et sauvage". Ainsi les archipels du Glénan, de Molène ou de Chausey sont devenus en quelques décennies des espaces extrêmement fréquentés et recherchés en raison de leur caractère insulaire, préservé et protégé. La présence de plus en plus massive dans l'espace et échelonnée dans le temps des plaisanciers pose aux gestionnaires des problèmes particuliers : dégradations des habitats terrestres et maritimes, pollutions diverses, dérangement des espèces animales, organisation des mouillages... L'impact de ces nuisances se trouve accru du fait de la grande fragilité et sensibilité de ces milieux insulaires. Pour autant, la mise en place de multiples protections et la reconnaissance de leur intérêt environnemental, attesté par leur inscription dans les sites Nature 2000, ne règlent pas les problèmes concrets qui se posent actuellement. Notre projet vise à fournir aux gestionnaires des espaces archipélagiques une méthodologie et des outils d'analyse permettant d'établir des cartes d'usages potentiel de l'espace maritime, intégrant non seulement des données sur les milieux et leur sensibilité écologique, mais aussi des informations sur les usages récréatifs actuels. Les habitats et les peuplements marins concernés par les activités humaines seront identifiés et cartographiés. L'état de santé de ces milieux sera évalué par un système multicritères qui mettre notamment en oeuvre des indicateurs écologiques. La méthode cartographique permettra de présenter spatialement les différents niveaux de qualité des habitats marins. L'analyse des données, intégrées à un SIG fournira des indicateurs de capacité de charge, permettant de fixer des seuils de fréquentation (nombre d'embarcations et d'individus) en fonction de l'intérêt écologique, de la plus ou moins grande sensibilité des habitats, des caractéristiques physiques et géomorphologiques et de la capacité d'absorption sociale.

Cartographie du projet

Le projet en images

Aucune image n'est encore associée.